Terrasson - Société: Terrasson : Robert Fendt nous a quittés - Mardi, 12 Décembre 2017 09:45
Terrasson - Loisirs/Culture: Marie Carrié en concert à La Feuillade vendredi - Mardi, 12 Décembre 2017 00:00
Terrasson - Société: Le nouveau plan des inondations déjà dans le collimateur - Mardi, 12 Décembre 2017 00:00
Terrasson - Loisirs/Culture: La ville de Terrasson illuminée - Samedi, 02 Décembre 2017 15:32
Terrasson - Patrimoine: Les marchés aux truffes et au gras de Terrasson - Vendredi, 01 Décembre 2017 15:24

05
Dec
2017

La République en Marche Dordogne : un atelier "égalité Femme Homme"

PDFImprimerEnvoyer

Terrasson - Société

(3 votes, moyenne 3.00 sur 5)

"Le gouvernement a décidé́ de présenter au parlement un projet de loi contre les violences sexistes et sexuelles en 2018. La secrétaire d’Etat Marlène Schiappa souhaite élaborer le texte avec le concours de tous les citoyens, afin que l’ensemble de la société́ redéfinisse ce qu’elle juge acceptable ou non.

Un groupe de travail "égalité Femme Homme" s’est organisé au sein des comités En marche du Grand Périgueux. En plus des retours obtenus auprès d’associations de protection des femmes, il organise une rencontre conviviale intitulée : « Homme et Femme : tous égaux devant les tapas » afin d’échanger sur ce sujet et remplir un questionnaire que nous remettrons ensuite à la secrétaire d’Etat.

Le rendez-vous a lieu le jeudi 7 décembre à 19h30 à la Péniche de Périgueux.

Cet atelier est organisé par les comités La République En Marche de Périgueux, Trélissac, Boulazac Isle Manoire et Coulounieix-Chamiers. Pour tout contact, on peut joindre Bruno Cozanet, animateur du comité de Périgueux, à : Cette adresse e-mail est protégée contre les robots des spammeurs, vous devez activer Javascript pour la voir. ; ou Alexandre Brégeon, animateur du comité Boulazac Isle Manoire  à : Cette adresse e-mail est protégée contre les robots des spammeurs, vous devez activer Javascript pour la voir. " .

Déviation de Beynac, un communiqué du 4 décembre 2017. "Ce samedi 2 décembre 2017, une nouvelle mobilisation citoyenne, organisée par l’association « Sauvons la vallée de la Dordogne » a eu lieu, à Périgueux, devant la Préfecture de Dordogne, afin d’interpeller le Conseil Départemental et la Préfecture sur la pertinence de maintenir le projet de déviation de Beynac.

Depuis le début de ce projet, La République En Marche Dordogne est réservée quant à l’utilité et la pertinence de ce projet et soutient l’engagement de la députée Jacqueline Dubois sur cette question.

La République en Marche Dordogne, fidèle à sa volonté de rassemblement et de prise en compte de la parole des citoyens, souhaite que le département suspende son projet pour :  évaluer, lors de la prochaine saison touristique de l’été 2018, l’impact des travaux réalisés pour un montant de 3 millions d’euros, dans la commune de Beynac ; évaluer l’impact de ce projet dont le chiffrage initial est de 32 millions d’euros et qui devrait encore conduire à l’alourdissement des impôts du département, à un moment où sa santé financière est déjà fragile ; évaluer l’impact environnemental et patrimonial pour ne pas défigurer de manière irréversible ce site exceptionnel qu’est la vallée de la Dordogne.

Pour toutes ces raisons et dans une volonté d’apaisement, La République En Marche Dordogne demande un moratoire sur ce projet de déviation".

La République en Marche Dordogne réagit  pour l'hôpital de Sarlat. Le 28 novembre 2017. Dans un communiqué du mardi 28 novembre 2017, Chrystelle Gardette, référente départementale, souligne : "Face aux contre-vérités véhiculées par certains, La République en Marche Dordogne souhaite rappeler qu’à ce jour, aucun service de l’hôpital de Sarlat n’est menacé d’une quelconque fermeture. Laisser croire le contraire, ce n’est pas défendre l’hôpital mais le fragiliser, abîmer son image, diminuer son attractivité pour les médecins et finalement dévaloriser le travail exemplaire des personnels hospitaliers. L’accès au soin dans notre territoire mérite une grande unité. Il est temps que, dans un même élan, toutes les bonnes volontés se rassemblent en dépassant les clivages politiques pour créer un choc de confiance autour de notre hôpital. C’est dans cet esprit que Jacqueline Dubois (photo) a rencontré à plusieurs reprises la directrice déléguée de l’hôpital de Sarlat et le directeur du GHT (Groupement Hospitalier de Territoire), et s’est rendue à Bordeaux pour dialoguer avec le directeur de l’Agence Régionale de Santé (ARS). A leur demande, elle a également reçu des membres du Comité de défense de l’hôpital pour échanger sur les actions menées pour garantir le maintien de l’activité hospitalière à Sarlat.

L’implication de Jacqueline Dubois a déjà porté ses fruits. La Députée a pu leur expliquer que le directeur de l’ARS s’est engagé à maintenir une activité de maternité sur le long terme dans l’établissement, un engagement qui s’est traduit, entre autres, par le financement de travaux de réaménagement. Le Comité de défense a pourtant choisi de ne pas entendre ces avancées. Il a préféré instrumentaliser la question hospitalière dans le Sarladais, en détournant l’objet d’une réunion de travail à des fins politiques pour dénigrer l’action de la parlementaire. On pourrait y voir la volonté de jouer sur les peurs de nos concitoyens alors qu’au contraire, il faut saluer l’augmentation de 4,5 milliards du budget de la santé pour les Français votée par la majorité à l’Assemblée Nationale. En 2018, les établissements de santé verront leurs ressources progresser de 2,2%. Ils percevront également l’augmentation de 2 euros du forfait hospitalier pris en charge par les complémentaires santé, qui couvrent désormais 95% de la population. Ce forfait n’avait pas été revalorisé depuis 2010. Il rattrape ainsi l’inflation constatée depuis cette date et confortera les finances de nos hôpitaux.

Au final, contrairement à de fausses informations énoncées, le budget des hôpitaux publics augmentera de 1,7 milliard d’euros. Pour Jacqueline Dubois, comme pour l’ensemble des Députés de la majorité, l’objectif est de travailler à une réforme pour la pertinence des soins prodigués au bon moment. Le combat doit être mené pour que la qualité des soins soit valorisée, que les personnels puissent prendre davantage de temps quand c’est nécessaire et que les patients bénéficient des nouvelles formes de prise en charge. C’est le sens du développement du parcours ambulatoire que l’hôpital de Sarlat a déjà largement mis en œuvre avec sérieux et efficacité. Pour ramener la confiance dans l’hôpital, l’engagement de Jacqueline Dubois, des Députés du département et de La République en Marche Dordogne sera déterminé tout au long de la mandature, avec la volonté de travailler avec tous en faveur de l’intérêt général".

Le 16 novembre : Un point avec les députés. La République en Marche Dordogne invite les militants, sympathisants et citoyens à participer à une réunion publique le samedi 25 novembre à 16 heures, à la médiathèque Jean Moulin, à Périgueux. Ce moment permettra à la nouvelle équipe départementale du mouvement de se présenter et d’évoquer le développement de LREM Dordogne grâce à son ancrage local s’appuyant sur 25 comités. Cette réunion publique se déroulera en présence des 4 députés de Dordogne : Philippe Chassaing, Michel Delpon, Jean-Pierre Cubertafon et Jacqueline Dubois (photo), ainsi que du sénateur Bernard Cazeau. Les députés feront un point cinq mois après leur élection sur quelques-uns des sujets qu’ils portent et sur les travaux parlementaires auxquels ils prennent part.

Article du 26 octobre 2017 :  Le logement par LREM. La République En Marche compte à ce jour 25 comités locaux et 1900 adhérents dans le département de la Dordogne. Chrystelle Gardette, référente départementale, souligne dans un communiqué de presse le 27 octobre 2017 que "Près de 20 000 contributions à la Consultation citoyenne ont eu lieu sur la Stratégie Logement".

"La République En Marche a organisé, du 26 septembre au 23 octobre, une grande consultation ouverte à tous les citoyens sur la Stratégie Logement présentée par le ministère de la Cohésion des territoires. Pendant quatre semaines, près de 20 000 citoyens, adhérents ou non à La République En Marche, ont participé à cette consultation en ligne. « La République En Marche est née de la promesse de remettre les citoyens au cœur de la vie politique. Trait d’union entre le Gouvernement, le Parlement et les citoyens, notre rôle est de veiller à ce que, à chaque instant, l’action politique soit proche des réalités et éclairée des préoccupations quotidiennes des Françaises et des Français. Avec près de 20 000 contributions à cette première consultation organisée par La République En Marche, nos concitoyens démontrent une nouvelle fois leur envie d’être associés au débat public, et en particulier sur un sujet qui est au cœur de leur quotidien » expliquent Bariza Khiari, Arnaud Leroy et Astrid Panosyan, membres de la direction collégiale de La République En Marche".

"En amont de la présentation prochaine du projet de loi Logement, La République En Marche a officiellement remis, ce jeudi 26 octobre 2017, les conclusions de la consultation à Julien Denormandie, Secrétaire d’Etat auprès du Ministre de la Cohésion des territoires. La consultation portait sur quatre thèmes de la politique du Logement : les obstacles à la mobilité, le coût du logement et l’évolution des loyers, les conditions d’attribution des logements sociaux et l’attractivité des centres-villes. Pour chacun de ces aspects, les participants se sont exprimés sur certaines mesures esquissées dans la Stratégie Logement et ont proposé des idées concrètes pour enrichir le projet de loi et le débat parlementaire à venir sur le texte. Parmi les propositions qui sont remontées :

- La création d’une plateforme en ligne sur laquelle chaque demandeur de logement pourrait renseigner son dossier de candidature une seule fois pour postuler à plusieurs offres de logement ;

- La simplification les actes de cautionnement, par exemple, en remplaçant la signature manuscrite par une signature électronique ;

- L’instauration d’un système d’attribution des logements sociaux anonyme et à points permettant aux demandeurs d’un logement social de connaître leur rang dans la liste des demandes pour rendre les attributions plus transparentes ;

- La rotation dans les logements sociaux pour qu’ils soient occupés par ceux qui en ont le plus besoin. Le renforcement des surloyers des personnes dépassant le seuil de revenus est une piste mise en avant. D’autres pistes de réforme de plus long terme ont également été proposées par les 20 000 contributeurs. Compte tenu de la richesse des retours, l’ensemble des données sera mis en accès libre. La restitution de la consultation est visible ici. « Je suis heureuse de constater que les citoyens ont été nombreux à s’être mobilisés sur cette consultation pour apporter leurs contributions et propositions à l'amélioration du logement en France. Cette implication confirme le rôle que chacun a à jouer dans l’action publique » souligne Chrystelle Gardette, référente départementale.

- Consultation en ligne de la Stratégie Logement (en pdf)


La députée Jacqueline Dubois dit "non" au glyphosate. Jacqueline Dubois figure parmi les 54 députés de La République en Marche qui disent non au glyphosate. L’Union européenne doit se prononcer ce mercredi 25 octobre sur l’interdiction de cet herbicide. Dans une tribune au journal « Le Monde », ces députés dont la Périgourdine demandent son interdiction « le plus rapidement possible », tout en accompagnant comme il se doit les agriculteurs dans cette transition, dans un calendrier court et réaliste. Selon eux, plusieurs études sérieuses et étayées par le Centre international de recherche sur le cancer (CIRC), l’ont classé comme substance « cancérogène probable ». C’est une véritable question de santé publique, sachant que, bien qu’interdite en France depuis les années 2000, la dessiccation serait pratiquée par certains une semaine avant la récolte, soit des pulvérisations sur certaines céréales et légumineuses. La volonté est de passer d'un système totalement dépendant des produits chimiques et qui arrive à bout de souffle à une agriculture d’excellence, qui combine qualité nutritionnelle, respect de l’environnement et santé publique. (Le Monde)

Des dossiers en cours (le 19 octobre 2017) : La première Lettre de Jacqueline Dubois vient d'être envoyée aux habitants de la 4e circonscription de la Dordogne... Dans celle-ci, la députée LREM, élue en juin dernier, fait un point sur les dossiers en cours comme celui de la liaison ferroviaire Sarlat-Bergerac-Bordeaux. Selon elle, c'est un "Enjeu économique et de mobilité essentiel, l’axe doit être pérennisé et développé".

Elle fait partie d'un groupe à l'Assemblée qui travaille sur les sujets de la ruralité. Parmi les 5 grands thèmes : « revitalisation des territoires, centre-ville, logement, services publics, commerce, tourisme et économie ». Les questions du maintien et du développement du tissu commercial, des entreprises, des associations et donc des emplois en proximité sont au centre des réflexions avant d’imaginer des dispositifs pour traduire concrètement les besoins de nos territoires. Les autres volets de ce groupe ruralité portent sur «l’accessibilité des territoires, transport et numérique », « santé, désertification médicale, hôpitaux, vieillesse », « maillage territorial, suite de la loi Notre, économie possible dans les collectivités » et « financement et dotations ».

Pour l’hôpital de Sarlat, alors que des travaux de réaménagements de la maternité vont être financés par l’ARS, selon les demandes de la Haute Autorité de Santé (HAS), de nouvelles démarches seront développées, comme un label de maternité «éco-responsable», qui confortera les femmes dans le choix d’un suivi de grossesse à Sarlat. Selon elle : "Garantir un service hospitalier diversifié de proximité dans le Périgord noir avec les hôpitaux de Sarlat, Domme et Belvès est une priorité. Cela passe par une bonne répartition des soins et des activités, grâce au partage des compétences". Le plan de réhabilitation des locaux du centre hospitalier de Sarlat pourrait s’appuyer sur le plan d’investissement pour la transition écologique présenté par le gouvernement.

Côté entreprises, la priorité est une meilleure couverture en téléphonie et Internet sur notre territoire, ainsi que des financements innovants.

A Beauregard-de-Terrasson, Jacqueline Dubois a participé le 22 septembre au rendez-vous national de l’association « Notre village, Terre d’avenir », qui permet aux collectivités rurales d'aborder le développement durable de manière concrète et adaptée.

A l'occasion des Etats généraux de l'alimentation, la députée a organisé, en septembre 2017, deux journées de rencontres avec des agriculteurs ainsi que des ateliers pour recueillir les propositions locales (photo ci-jointe à Terrasson). Elle a rencontré aussi Patrice Brachet, agriculteur installé à Azerat, qui présentait son projet bas-carbone et non-OGM, mettant en œuvre des techniques innovantes de culture. Avec Konrad Schreiber, de l'Institut de l'Agriculture Durable, il a expliqué les tests de culture de maïs réalisés sur différentes parcelles pour trouver de nouveaux itinéraires de productions plus respectueux de la terre. Elle a aussi fait remonter auprès du Ministre de l’Agriculture un problème de dysfonctionnements du logiciel Osiris qui participe à la gestion des aides et subventions pour les agriculteurs. Elle a également interpellé le gouvernement sur la question du Levothyrox et sur des inquiétudes liées à la politique vaccinale. Et elle a participé à une réunion de travail sur la relance de la filière oie avec les organisations agricoles. L’enjeu est de concrétiser un projet de création d'un abattoir collectif pour les volailles, avec à la clé des emplois et l’avenir d’un secteur économique essentiel conforté.

Enfin, en juillet, lors du passage du Tour de France, elle a participé avec la gendarmerie de Montignac à l'opération « Témoins de sécurité », une démarche de prévention afin que les messages de sécurité soient bien intégrés, y compris par les plus petits.

La députée inaugure sa permanence parlementaire samedi 21 octobre à partir de 15 heures au 1, rue de la Calprenède à Sarlat-La-Canéda.

Dans un communiqué du 16 octobre 2017, Jacqueline Dubois fait un point sur le contournement de Beynac :

"Le rapport d’experts du Ministère fait suite à une requête de la Députée Jacqueline Dubois. La proposition de moratoire sur le projet de contournement de Beynac qui conclut le rapport demandé par le Ministère de la Transition écologique, est en accord avec la position de Jacqueline Dubois. Cet avis avait été commandé par le Ministère après l’intervention de la Députée. Quelques jours après son élection, Jacqueline Dubois a rencontré Sébastien Lecornu au Ministère de la Transition écologique pour faire part de ses préoccupations sur le projet de contournement. Elle a ensuite envoyé un courrier mi-juillet sollicitant l'intervention du Ministère, après avoir rencontré à plusieurs reprises les membres du cabinet. C’est à la suite de ces échanges qu'une enquête a été diligentée de manière à disposer d’une information renouvelée sur la situation. La présence des experts sur le terrain, comme ils ont pu le confirmer, est directement liée à l’intervention de la Députée".

"Cette demande de report du début des travaux est conforme à la position qu’avait exprimée Jacqueline Dubois durant la campagne des élections législatives, pour apaiser les esprits et trouver une solution qui permette de sortir par le haut de cette situation de blocage, en tenant compte des aménagements réalisés dans le village de Beynac. C’était également une demande forte du Collectif « Sauvons la Vallée ». Compte tenu des finances contraintes des collectivités, ce moratoire pourrait maintenant être l’occasion d'accélérer l'aménagement des infrastructures routières prioritaires à Boulazac et à Sarlat. Concernant le projet de contournement de Beynac, l’étape suivante sera la décision de la préfète qui s’appuiera sur ces conclusions et celles du rapport de l’enquête publique qui a bénéficié d’une importante participation citoyenne majoritairement opposée à la déviation".

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

NOS PARTENAIRES :
Communauté de Communes du Terrassonnais en Périgord noir-Thenon-Hautefort ; Terrasson-Lavilledieu ; Montignac ; Pazayac ; Beauregard-de-Terrasson ; Badefols d'Ans ; Condat-sur-Vézère ; La Bachellerie ; Le Lardin-Saint-Lazare  ; Saint-Rabier ; Thenon ; Peyrignac ; Cublac ; La Feuillade ; Chavagnac ; La Cassagne ; Châtres ; Coly ; Grèzes ; Aubas ; Villac ; Azerat ; Ladornac ; Tourtoirac
Conseil Départemental Dordogne