Terrasson - Loisirs/Culture: Le 1er Salon des illustrateurs au Lardin-Saint-Lazare - Mardi, 14 Septembre 2021 18:03
Terrasson - Loisirs/Culture: Une aide de 4.000 euros pour la ville jumelle - Samedi, 11 Septembre 2021 00:00
Terrasson - Education/Jeunesse: Foyer des jeunes de Cublac : saison 2021-22 - Vendredi, 10 Septembre 2021 18:00
Montignac - Sport: Montignac : escrime, boxe et roller à la fête du sport - Mardi, 07 Septembre 2021 00:00
Terrasson - Société: Chantier éclair d'Enedis sur 17 kms de réseau - Jeudi, 09 Septembre 2021 09:13

02
Mai
2021

Le Verteil à Terrasson : des jeunes sous tension ?

PDFImprimerEnvoyer

Terrasson - Société

(10 votes, moyenne 2.70 sur 5)

Un couvre feu mal vécu dans une petite cité où des jeunes se sentent en cage, en manque d'un espace sportif pour eux, pourrait être à l'origine d'incivilités et de violences commises envers des voisins du quartier. Depuis plusieurs semaines, des coups de pieds et des cailloux dans les portes et les fenêtres rendent notamment la vie impossible à une habitante. Ewanews a voulu prendre le pouls des jeunes de cette cité. Reportage...

Apercevant quelques adolescents qui sortent de la cité du Verteil, je m'avance vers eux dans l'intention de les rencontrer. Ils entrent au coeur des trois petites barres d'HLM et disparaissent. Je me poste devant un bâtiment en forme de U de trois étages où les volets sont principalement fermés. Je me présente à trois ou quatre jeunes qui se parlent depuis leurs fenêtres et j'explique ma démarche : leur ouvrir le micro afin de recueillir ce qui va et ce qui ne va pas dans la cité. En ce vendredi 30 avril, tout près de 21h, je me retrouve en quelques instants au milieu d'une vingtaine d'adolescents, car ici, tout s'entend, tout se voit, tout se sait. Le moindre bruit de volet qui s'ouvre est perçu, et la moindre parole aussi, même sans forcer la voix. J'explique donc que je viens faire une petite enquête pour savoir quel est le ressenti actuel des jeunes de cette cité, dans un contexte tendu avec d'autres voisins du quartier. C'est Maéva, 17 ans, qui descend la première pour s'exprimer, avec l'accord de sa mère que je n'avais pas vue et qui était elle aussi à sa fenêtre ouverte du 3ème...

---> "Maéva" et "Péquégnau" (c'est son surnom), deux jeunes de la cité Le Verteil s'expriment avec leurs mots : https://www.cjoint.com/doc/21_05/KEboyjJ8uHp_maevaLeVerteil30avr21.mp3

Un mal-être collectif peu à peu s'explique chez les jeunes de la cité. Le manque de jeux urbains est d'abord décrié, mais aussi le couvre feu. Je me retourne et je vois, entre les bâtiments, une pelouse, un grand arbre qui prend presque toute la place et une table en pierre pour six à huit personnes. Dans cette cité, ils sont combien ? Nombreux de toute évidence et en manque d'activités porteuses et intéressantes... Nous comprenons à la fois qu'ils ont besoin d'être entendus mais aussi qu'une défiance semble s'être installée envers les voisins qui leur opposent le respect de la loi et "appellent la police", inquiets de leurs agissements. Certaines rivalités entre barres d'immeubles se dévoilent également. Comment éviter que chacun se sente victime et que certains croient légitimes de devenir bourreaux en harcelant par exemple une personne du quartier ? Comment aider ces jeunes à sortir de ce jeu délétère ? Il semble qu'il faille trouver les conditions d'un dialogue qui leur permette de quitter leur posture d'incompris révoltés et de reconnaître qu'ils ne règleront pas leurs problèmes en multipliant les incivilités, en harcelant une riveraine isolée, ni en cultivant la hantise des gendarmes, lesquels sont simplement des hommes qui font leur métier. Difficile challenge : se parler et parvenir à se comprendre. C'est crucial et cela vaut le coup pour sauver ces jeunes et la vie de leur quartier. Nous voulons croire qu'il reste toujours possible, en y mettant les moyens sociaux et éducatifs nécessaires, de déplacer les lignes d'une situation enkystée et de susciter de nouvelles volontés...


Extraits d'un article du journal L'Humanité du 13 avril 2021, des pistes de solutions ont été proposées dans le cadre d'un débat public... "Le constat est là : la plupart des jeunes des quartiers populaires et des territoires vivent une situation difficile, accrue par la crise sanitaire ; l'urgence est pour tous les acteurs de l'éducation et du social de penser un vaste plan de prise en charge et de réinvestissement des lieux de vie des jeunes..." (signé par un collectif, Lucille Rouet juge des enfants, Carlos Lopez éducateur, Carole Sulli du syndicat des avocats).

"L'association Espoir et Création de Garges-lès-Gonesse (95) implique les grands des cités et organise des conciliations, beaucoup d'échange et de dialogue... Un travail quotidien d'accompagnement dans la proximité leur permet de dégager un horizon, un avenir, c'est fondamental. On ne soulignera jamais assez l'importance d'investir dans la formation et dans la médiation... Si dans chaque quartier, il y avait une structure d'accompagnement des jeunes, nous n'aurions pas à déplorer ces violences... L'organisation d'un forum réunissant l'ensemble des acteurs du social de la protection de l'enfance, de l'éducation, de la prévention spécialisée et du secteur associatif est nécessaire afin d'établir un état des lieux, valoriser les expériences existantes, voir comment les acter et les pérenniser".

"La réponse des pouvoirs publics ne doit pas être essentiellement sécuritaire. Ce dont manque les cités, c'est de plus d'éducateurs, plus de soutien, d'accompagnement et d'encadrement" (signé par Hind Ayadi fondatrice de l'association citée, reporter Urban Street Reporters).

Commentaires   

 
+1 #2 Pierre 03-05-2021 08:20
Le problème c'est que la mairie ou la direction hlm ne prenne pas en compte les demandes des habitants pire même il ne sont même pas consulté. Exemple les city stades avec revêtement goudron ! Il faut être complètement débile pour comprendre qu'on 'e fait pas jouer des gamins à même le goudron ! Ce n' est pas agréable et voyez ce qui ai fait ailleurs pour comprendre.
Signaler à l’administrateur
 
 
-1 #1 Muriel POYER 02-05-2021 08:18
Belle démarche sociale !!! L'association "Itinérance" de Sarlat a bien une permanence à Terrasson ?
Signaler à l’administrateur
 

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

NOS PARTENAIRES :
Communauté de Communes du Terrassonnais en Périgord noir-Thenon-Hautefort ; Terrasson-Lavilledieu ; Montignac ; Pazayac ; Beauregard-de-Terrasson ; Badefols d'Ans ; Condat-sur-Vézère ; La Bachellerie ; Le Lardin-Saint-Lazare  ; Saint-Rabier ; Thenon ; Peyrignac ; Cublac ; La Feuillade ; Chavagnac ; La Cassagne ; Châtres ; Coly ; Grèzes ; Aubas ; Villac ; Azerat ; Ladornac ; Tourtoirac
Conseil Départemental Dordogne